Le Silver Tabby


tous les droits sont réservés

Au début…

Notre premier Silver, un chat spécial calme et un bon compagnon.

Grouby 19.03.1992 - 17.01.2001

Mieux connu sous le nom de "ByBY", il a été le premier argent qui m'a été donné par son éleveur Pascal le roux. Il a été l'Amour de ma Vie pendant tant d'années, et ça été toujours été difficile sans lui. Il a été vraiment légendaire.

L'hygiène du Silver Tabby

Les chats sont des animaux qui attachent beaucoup d'importance à la propreté de leur environnement ; le temps et la patience qu'ils consacrent à leur toilette sont d' ailleurs proverbiaux. Le maître ne doit donc pas oublier quelques règles fondamentales.

Les soins du pelage

Les Siamois Tabby et les Orientaux ont le poil court ; pour avoir un poil luisant et bien peigné, ils demandent donc peu d'attention de la part de leur maître. Le Balinais et le Javanais ont un poil de longueur moyenne et ont donc besoin de quelques coups de brosse pour éviter la formation de nœuds. Tout chat consacre chaque jour une bonne partie de son temps à sa toilette personnelle avec sa langue rugueuse, dotée de papilles spéciales, il lave son poil et le lisse tout en ôtant le poil mort et les saletés.

Un bon brossage quotidien est conseillé, et notre chat appréciera nos attentions en répondant par des ronronnements sonores aux vigoureuses caresses de la brosse. Nous enlèverons ainsi la majeure partie du poil mort et, si nous voulons un résultat parfait, il suffira de passer sur tout le pelage une peau de chamois humidifiée et bien essorée puis, tout de suite après, un chiffon doux et sec.

Il faut suivre le sens du poil, en allant de la tête jusqu'à la queue, en répétant plusieurs fois ce massage ; on poursuit ensuite par les membres et l'abdomen. Tous n'apprécient pas d'être caressés sur la face postérieure des membres et sur l'abdomen, aussi est-il bon de leur apprendre à supporter avec patience les manipulations qui leur plaisent le moins.

Pour les chats au tempérament fougueux, comme les Siamois et les Orientaux, cet apprentissage doit se faire dès le plus jeune âge. Cela nécessite doigté et autorité, et il faut récompenser le chat lorsqu'il se comporte bien. Dans les périodes de mue, le brossage doit être effectué plus souvent et il vaut mieux utiliser le peigne métallique à dents serrées pour enlever plus efficacement le poil mort qui, dans ces périodes, tombe abondamment.

Pour compléter le toilettage, on peut, de temps en temps, utiliser, sans en abuser, certaines lotions, souvent à base d'huiles précieuses, comme l'huile de vison et de jojoba qui, en plus de faire briller le pelage, ont une action protectrice et reconstituante pour le poil.

Le bain

On estime généralement que le bain ne convient pas à nos amis félins, et leur aversion pour l'eau est bien connue. Mais, si notre chat est habitué au bain, il s'y fera de bon gré : un bon lavage pas trop fréquent, disons trois à quatre fois par an, ne pourra que contribuer à sa propreté.

On doit renoncer au bain si le chat n'est pas en parfaite santé ; il vaut mieux attendre qu'il ait atteint l'âge de cinq mois et, dans tous les cas, il faut attendre au moins deux à trois semaines après le dernier rappel de vaccin. Il va de soi que le bain doit être donné dans un endroit chaud, en évitant les courants d'air et les risques de rhume. Une cuvette en plastique ou un évier à moitié remplis d'eau à une température légèrement supérieure à celle du corps feront l'affaire. On soulève le chat par la peau du cou, en soutenant l'arrière-train de l'autre main puis, en lui parlant pour l'encourager tout en le maintenant doucement mais fermement, on le plonge dans l'eau. On lui savonne le pelage avec un shampoing spécial pour chats en faisant attention aux yeux, avant de rincer soigneusement.

Après avoir répété cette opération une deuxième fois, on passe à l'essuyage, d'abord avec une serviette, puis au sèche-cheveux.

Avec des chats non habitués au bain, cette aventure peut se révéler téméraire ; dans ce cas, on peut préférer le shampoing sec. Poudre, mousse ou lotion, le choix est vaste et il y en a pour tous les goûts, l'important étant qu'il s'agisse de produits de bonne qualité. Il ne doit cependant rester aucun résidu sur le poil, car le chat le lècherait jusqu'à ce que tout soit éliminé.

Les antiparasites

Il peut se produire qu'un chat, même vivant seul entre les quatre murs de la maison, soit atteint de parasites cutanés. Les plus fréquents sont les puces, petits insectes de couleur marron, dotés de trois paires de pattes, se déplaçant par bonds rapides sur la peau. Chez les chats à poil court la détection de leur présence ne pose pas de problèmes. Les puces préfèrent certaines parties du corps comme la tête, le cou, le ventre et la naissance de la queue.

La présence de ces hôtes indésirés est signalée par ce que l'on appelle la « poudre de charbon », petits points noirs se trouvant dans le poil et qui sont les caillots provoqués par les piqûres des insectes. La parasitose des puces ne doit pas être sous-estimée : les piqûres de ces insectes abîment la peau en provoquant des dermatites, souvent allergiques, et en ouvrant la voie à des germes d'irruption secondaire ; en suçant le sang, ils appauvrissent l'organisme et sont une cause d'anémie, tandis qu'ils sont porteurs du Taenia cucumerina, un des parasites intestinaux les plus répandus.

On trouve de nombreux antiparasites dans le commerce. Poudres et sprays sont très employés mais il faut les utiliser avec précaution, l'instinct du chat le poussant à éliminer avec la langue toute substance qui « salit » sa fourrure ; le risque d'intoxication est donc considérable. C'est pourquoi on doit surtout utiliser ces produits sur les endroits que le chat ne peut atteindre avec sa langue, comme la tête et le cou ; si on les répand sur tout le corps, il faudra assez vite les éliminer avec une brosse et un chiffon, en empêchant, entre temps, notre chat de se lécher, en le tenant dans les bras par exemple. Pour les chats qui y sont habitués, le bain antiparasitaire est des plus utiles, mais il ne faut pas oublier de les rincer soigneusement.

Les colliers et les ampoules à appliquer entre les omoplates sont également très efficaces. Il faut cependant vérifier que le chat n'y soit pas allergique ; les symptômes sont généralement des rougeurs de la peau, des démangeaisons, de la sialorrhée et des vomissements : dans ce cas, il faut consulter le vétérinaire.

L'hygiène des oreilles

Les oreilles saines sont sèches, propres ct ne développent ni odeurs ni sécrétions. Il n'est pas conseillé de les nettoyer trop souvent mais il est bon de contrôler périodiquement que tout va bien. Il faudra donc habituer le chat à supporter ces examens et à être nettoyé, ce qui facilitera toute autre intervention.

Le nettoyage des oreilles peut être effectué par une personne seule mais, en principe, il vaut mieux que quelqu'un d'autre tienne le chat bien fermement. Celui-ci doit saisir le chat par la peau du cou, doucement mais fermement, le plaquer sur une table et appuyer suffisamment son avan-bras sur le dos du chat tandis que, de sa main libre, il maintient solidement les membres antérieurs afin de parer à tout coup de griffe. L'opérateur doit se placer du côté de l'oreille à traiter, la saisir par la pointe et la tirer en arrière vers le cou. De cette façon, le canal auriculaire est rectiligne. On nettoie avec des bâtonnets d'ouate secs. Il faut agir avec calme, sans à-coups, sans aller trop en profondeur, ce qui risquerait d'endommager le tympan.

Comme nous l'avons dit, si l'oreille est saine, le coton ressortira propre et sec. En présence d'une otite, il sera humide et jaunâtre, recouvert d'une sécrétion visqueuse et malodorante s'il s'agit d'une otite inflammatoire et/ou purulente ; sali par une sécrétion sombre, noirâtre, sèche ou crémeuse s'il s'agit d'une otite parasitaire ; on peut parfois les trouver en même temps.

Dans tous les cas, et comme chaque fois où l'on détecte quelque chose d'anormal, il faut s'en remettre au vétérinaire, en évitant d'inutiles soins « à l'essai » ; car, si l'otite devient chronique, on peut se retrouver face à des problèmes très graves et difficiles à surmonter.

La propreté des yeux

Les yeux en bonne santé sont brillants, bien ouverts et propres. Pour leur propreté, il suffira de les nettoyer de temps en temps avec un tampon de coton imbibé d'eau ou de camomille, en allant de l'angle intérieur vers l'extérieur de l'œil.

En revanche, si l'on remarque une sécrétion abondante provoquant une zone humide du coin médian de l'œil vers le nez, il y a assurément un larmoiement excessif pouvant être le symptôme d'une maladie.